Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for novembre 2007

Quand vous rencontrez quelqu’un, il ne lui lui faut que quelques secondes pour se faire une première impression.
D’ailleurs c’est souvent un processus inconscient. Vous pouvez vous arranger pour qu’elle soit la meilleure possible. Cela pourra vous être utile pour vous faire de nouveaux amis, de nouvelles relations, et aussi pour plaire à de nouveaux clients.
Je vais être bref sur ces attitudes de premier contact, mais il ne faut pas négliger ces étapes, elles sont très importantes pour asseoir votre charisme. Sans lui donner plus d’importance que de raison, il faut savoir que toute la suite de votre relation s’appuiera sur cette première impression, surtout si cette première prise de contact est brève (en « coup de vent » comme on dit).
  • Votre prestance. Il est préférable d’avoir le corps « ouvert », avoir les bras le long de votre corps, les poings non serrés, et non pas les bras croisés ou derrière le dos ou encore devant votre corps. De plus, il est important de se tenir bien droit lorsqu’on rencontre quelqu’un: la tête droite, le buste droit, les jambes bien appuyées. Ne pas paraître coincé, mais droit, sûr de soi et à l’aise avec toute nouvelle rencontre.  Et aussi, s’il ne fait pas moins 4 degrés dehors, déboutonnez légèrement votre veste ou votre manteau pour mieux vous exposer à l’autre. L’impact inconscient de cette manière de se tenir sur la personne d’en face est beaucoup plus important qu’on ne le pense.
  • Votre regard. Il faut que vous établissiez un contact visuel le plus rapidement possible. Soyez le premier ou la première à établir ce contact, en regardant cette nouvelle connaissance droit dans les yeux. Si, comme beaucoup, vous n’arrivez pas à soutenir un regard, regardez à la racine de son nez, personne ne verra la différence (sauf vous) et l’impact sera tout aussi positif. Vous pouvez vous entraîner en cherchant la couleur des yeux de chaque personne que vous rencontrez, ou que vous voyez à la télévision ou dans un magasine.
  • Votre sourire. Il doit être associé à votre regard. Vous devez être souriant et rayonner vers votre nouveau contact. Bien sûr vous n’êtes pas obligé d’en faire trop, un petit sourire sincère fait toujours plaisir à celui qui le reçoit (imaginez à chaque fois que votre nouvelle rencontre va vous apporter des tas de choses enrichissantes, et vous deviendrez radieux(se) automatiquement).
  • Votre présentation. Essayez de toujours utiliser une tonalité agréable et attentionnée pour dire bonjour, bonsoir ou encore salut. Vous pouvez vous présenter juste derrière: « Bonjour Madame, je m’appelle Alexandre Delivré ». Votre voix doit être claire, profonde et surtout ar-ti-cu-lée. Pensez bien à faire sortir le son de votre voix avec le ventre, et non pas avec « l’air de la poitrine » comme on a tendance à le faire habituellement (et encore plus lorsque l’on est stressé). Tendez la main à votre interlocuteur dans le même temps. Votre poignée de main doit être à la fois ferme, respectueuse, tout en ressentant une réelle bonne humeur. Une poignée de main pleine de bonne humeur ne veut pas dire grand chose je vous l’accorde, mais l’image est parlante et je pense que vous m’avez compris. Si vous ne pouvez pas serrer la main à la personne, faites votre présentation comme si vous lui serriez la main en pensée, inconsciemment vous serez plus proche d’elle. Ensuite, si la personne vous donne son nom, répétez-le dans votre deuxième phrase: « Enchanté! Je suis ravi de vous rencontrer Annie ». Ensuite, n’hésitez pas à répéter son nom dans vos paroles qui suivront (sans trop en faire, il faut que ça ai l’air naturel!). Car vous ne pouvez pas imaginer à quel point les gens aiment que l’on prononce leur prénom et leur nom (correctement bien sûr). De plus, cela vous permettra de mieux le retenir et de l’associer à son visage, ce qui ne peut qu’être bon pour vous dans la suite de vos échanges.

N’oubliez pas que toutes ces étapes se font en même temps, et que vous devez prendre les devants dans cette prise de contact.

Si ces méthodes vous intéressent et que vous pensez qu’elles vous serviront, n’hésitez pas à vous entraîner avec des proches. Ces attitudes sont souvent enseignées par des conseillers en communication et en image aux Etats-Unis, notamment ceux qui se sont inspirés des méthodes de Milton Erickson.

Vous pouvez faire à chaque fois une très bonne première impression rien qu’en changeant légèrement votre attitude, alors profitez-en dès aujourd’hui!

Publicités

Read Full Post »


« Nos doutes sont des traîtres,
Et nous privent de ce que nous pourrions souvent gagner de bon,
Parce que nous avons peur d’essayer » (Shakespeare)

« Le bon bois ne pousse pas dans la facilité ; plus le vent souffle fort, plus l’arbre est robuste » (Willard Marriott)

« Ne cherchez pas la faute, cherchez le remède » (Henry Ford)

« Ils peuvent parce qu’ils croient pouvoir » (Virgile)

« Il y a dans la vie quelque chose de curieux : quand on refuse tout le reste, on obtient souvent ce que l’existence à de meilleur à donner » (Somerset Maugham)

« Il n’y a qu’une seule réussite : arriver à vivre sa vie comme on l’entend » (Chrisopher Morley)

« Là où il n’y a pas de vision, les gens périssent » (Proverbes 29-18. La Bible)

« Tu peux rester immobile dans le courant d’une rivière, mais pas dans le monde des hommes » (Proverbe Japonais)

« Si tu fais ce que tu as toujours fait, tu obtiendras ce que tu as toujours obtenu » (Anonyme)

« Si un homme n’a pas découvert ce pour quoi il serait prêt à mourir, il n’est pas fait pour vivre » (Martin Luther King)

N’hésitez pas à donner les citations que vous aimez!

Read Full Post »

Comment arriver à se motiver, à se lancer dans une action avec entrain?

Il est parfois difficile de trouver l’énergie nécessaire pour effectuer un travail ou une action quelconque. Il existe une méthode permettant d’augmenter sa motivation, en très peu de temps et dans tous les contextes.

Cette méthode je vais vous la donner ici.

Notre comportement: un héritage de nos ancêtres

Tout d’abord, je veux vous préciser un détail important sur notre comportement, car cette connaissance permet de mieux comprendre notre tendance à être démotivé par certaines actions.

Les êtres vivants sont des économes d’énergie, dans tous les cas. Ce qui n’est pas nécessaire, le vivant ne le fait pas. Certains d’entre vous auront peut-être des contres-exemples en tête, mais d’une manière générale, les espèces qui ont survécues et qui survivent sont celles qui sont les moins gourmandes en énergie.

L’espèce humaine n’échappe pas à la règle. Les premiers Hommes, nos ancêtres à tous donc, étaient de profond paresseux. Dans le sens où ils n’entreprenaient pas des actions totalement inutiles.
Si un humain savait qu’il pouvait trouver du gibier à chasser derrière la colline en partant de sa grotte, alors il s’y rendra par le chemin le plus court.
Il ne s’amusera pas à prendre un gigantesque détour qui passe par la forêt, descend dans la rivière puis revient en arrière, pour ensuite faire le tour de la colline deux fois et enfin arriver sur le lieu de la nourriture.
Non. Les humains sont économes et ils prennent le chemin le plus direct et facile, car c’est le minimum nécessaire à entreprendre pour atteindre son but.

Et c’est dans ce contextes d’économie que notre cerveau joue un rôle primordial. Il fait des simulations, en étudiant l’ensemble des possibilités pour atteindre un but, et choisi la solution la moins coûteuse. Et c’est là que la sensation de motivation apparaît: quand on sait que le bénéfice est grand (objectif, but) pour un investissement et un effort minimal (chemin, moyen pour y arriver).

La méthode

Et c’est avec cette connaissance que vous pouvez agir sur vos pensées et votre façon de vous motiver.

Si vous devez effectuer un travail plutôt pénible, et que vous n’êtes absolument pas motivé pour le faire, essayez ceci:

  • Analysez rapidement l’ensemble des moyens pour obtenir le même résultat mais avec moins d’efforts. Si vous en trouvez un, mettez le en pratique, votre motivation sera bien présente. Mais le plus souvent il n’y en a pas. Le but est de savoir qu’il n’y a pas de moyens d’échapper facilement au problème. Et votre cerveau le saura.

  • Voyez tout ce que votre travail peut vous apporter, même de manière très indirecte. Vous connaissez mieux que personne ce qui vous plaît: que les gens vous félicitent, avoir des connaissances et une expérience uniques, un défi important à relever etc. Imaginez comment ce travail vous apportera ces éléments gratifiants pour vous.

  • Maintenant imaginez bien la scène une fois le travail terminé: vous obtenez des félicitations de personnes que vous respectez par exemple. Cette scène doit être vivante, avec des images en couleur, des sons, des odeurs et des sensations intérieures de plaisir.

  • Enfin, imaginez vous en train d’effectuer votre travail, et d’obtenir le résultat décrit dans le point précédent. C’est l’association de l’action et du résultat motivant. Pour votre cerveau, l’action que vous allez effectuer vaut le coup, puisqu’elle est la plus simple que l’on puisse trouver sans réfléchir 10 années d’affilées, et qu’elle permet d’obtenir un résultat plutôt gratifiant. Votre motivation sera normalement de plus en plus grande.

Ces points vous aideront à effectuer un travail peu motivant au premier abord.

De la même manière, si vous désirez vous améliorer dans un domaine (au point de vue caractère, compétences personnelles etc.), effectuez la même méthode pour vous motiver à passer à l’acte.

  • Voyez si la manière de procéder est une des plus pratiques que vous connaissez, ou que vous pourrez connaître (n’oubliez pas, chercher une autre solution plus simple pendant 5 ans n’est pas une solution plus simple justement).

  • Voyez ce que cela peut vous apporter qui vous plaît: du succès, de l’aisance, des relations, de la confiance en soi etc.

  • Imaginez le résultats que vous voulez atteindre avec une scène bien vivante: en couleur, avec des sons, des odeurs et des sensations. Avec vous en train de vivre cette scène de l’intérieur (vous êtes dans votre corps, et vous ressentez le plaisir de vivre cette scène).

  • Associez cette scène avec la démarche que vous devez entreprendre pour vous améliorer, en sachant que vous obtiendrez le résultat imaginé dans le point précédent en faisant le travail nécessaire.

Par exemple si vous voulez mieux communiquer avec les autres, vous avez imaginé une scène où on vous aime et on cherche votre compagnie, car vous savez vous faire apprécier. Cette scène est bien réelle et beaucoup de personnes sont à vos côtés et vous aiment profondément. Et ils vous le disent! Vous associez alors cette scène avec l’image de vous en train de travailler votre manière de communiquer, de lire des livres sur le sujet, de poser des questions, de vous entraîner dans des cas réels avec des inconnus, ou avec des connaissances avec qui vous aimeriez avoir plus d’affinité etc. Votre motivation sera là, car vous savez que ce travail personnel amènera à la scène que vous avez imaginé.

Si vous aboutissez à des échecs dans votre travail personnel, refaites toute la méthode précédente en vous disant que cet échec vous à appris à vous rapprocher encore plus de la scène motivante que vous vous êtes imaginé. Voyez vous en train de vous corriger, et d’atteindre votre objectif en vous remettant à l’oeuvre dés maintenant.

De la même manière si le temps vous paraît long car les résultats se font attendre, refaites toute la méthode de motivation pour redonner du concret à votre travail personnel.

Conclusion

Notre cerveau marche à la carotte et est plutôt paresseux, ne l’oubliez pas. De manière systémique, c’est votre environnement mental qui doit être modifié avec stratégie, et alors vous pourrez transformer le réalité qui vous entoure.

En « vous parlant à vous même » de cette manière et en vous représentant concrètement les choses, vous pouvez vous motiver quasiment à volonté.

Bonne réussite à vous tous!

Read Full Post »

« Newer Posts